Les livres "coup de cœur"

du café-lecture

du 16 novembre 2018

Peppo

Séverine Vidal

Salut mon frère
Je pars à La Jonquera.
Occupe-toi des petits.
Je reviendrai.
Elle a déconné, Frida.
J'ai déjà du mal à m'en sortir quand j'ai que moi à gérer, alors je comprends pas comment elle a pu croire une seconde que je pourrais faire ça. Tout seul.
Je sais même pas comment on chauffe un biberon.
Mettre une couche dans le bon sens.
D'ailleurs tout le monde le dit toujours, et Tonton Max en tête : Pëppo t'as pas de bon sens.
Je suis coincé.
Pëppo, mon gars, t'es coincé. Gravement.
Et tout ce que tu vas faire, à partir d'aujourd'hui et jusqu'au retour de Frida, tu le feras deux mômes sur les bras.
Ou dessous.
Je sais même pas comment ça se porte des bébés. 

Cinq branches de coton noir

Sente - Cuzor

Philadelphie, 1776. Angela Brown, la domestique de Mrs Betsy, ajoute en secret un hommage révolutionnaire au premier drapeau des futurs Etats-Unis. En 1944, à Douvres, le soldat Lincoln reçoit une lettre de sa soeur Johanna, étudiante en Californie, lui mentionnant la découverte des mémoires d'Angela Brown. Une opération militaire est lancée pour récupérer le drapeau, détenu par les Allemands.

Le lambeau

Philippe Lançon

Début janvier 2015, l'auteur s'apprête à rejoindre sa compagne aux Etats-Unis, où il doit donner des cours de littérature. Le 7 janvier, il participe à la conférence de rédaction de Charlie Hebdo. Alors que l'équipe discute, survient l'attentat dont il réchappera, défiguré. Il raconte sa sidération, sa douleur, les greffes tout en essayant de se refabriquer un lien à l'existence

Eldorado

Laurent Gaudé

Le commandant Salvatore Piracci intercepte les bateaux chargés d'émigrés clandestins qui passent entre la Sicile et l'île de Lampedusa, et dont les passagers risquent souvent la mort. Sa rencontre avec une survivante bouleverse sa vie et ses convictions. Quant à Soleiman, il décide lui aussi de partir du Soudan avec son frère Jamal, puis avec Boubakar, pour l'Europe.

Avec vue sur la mer

Didier Decoin

"J'ai fait ce livre pour dire que je n'habite pas une maison mais que je suis habité par elle. " Lorsqu'il était enfant, Didier Decoin a passé des vacances dans le Nord du Cotentin. Il est tombé amoureux de cette région et a consacré des années à y chercher la maison de ses rêves. Il nous raconte ici joliment se mésaventures immobilières, les péripéties inévitables liées aux travaux, les tempêtes, son jardin, les petits bonheurs du voisinage et des nourritures terrestres qu'offre ce pays normand battu par le vent et la mer. Pour un écrivain, parler d'une maison que l'on aime, c'est une autre façon de parler de soi.

Dans la jungle

Didier Daeninckx

Naëlle, adolescente en rupture, avec l'école, avec ses parents... est licenciée, et décide de partir à Londres rejoindre sa soeur, en attendant des jours meilleurs. A la suite d'un accident qui lui fait perdre la mémoire, son voyage s'arrête à Calais, dans la jungle. Au-delà de la misère, elle va trouver là une nouvelle identité, et une nouvelle famille

Migrant

Eoin Colfer - Andrew Donkin

L'histoire de deux frères, Ebo et Kwame, qui quittent le Ghana pour rejoindre clandestinement l'Europe, espérant ainsi fuir la misère de leur pays

Coeur battant 

Axl Cendres

Alex, 17 ans, est un « hors-la vie ». Après avoir essayé d’éteindre son cœur, il se retrouve dans une clinique pour y être « réhabilité à la vie ». Il y rencontre Alice, aussi belle que cynique ; Victor, aussi obèse que candide ; la vieille Colette, aussi espiègle qu’élégante ; et Jacopo, aussi riche que grincheux. À eux cinq, ils décident de s’évader de la clinique, direction le manoir de Jacopo. Le but du voyage ? Se jeter d’une falaise, tous ensemble ça leur fera un projet commun !
Mais la route va leur réserver plusieurs surprises. Assez pour qu’Alex se demande si, finalement, la vie n’en vaut pas la douleur…
.

Madame de Staël

Laurence de Cambronne

Portrait de la femme de lettres, exilée pour ses idées libérales sur ordre de Napoléon, célébrée dans toute l'Europe, à travers le récit de 24 jours décisifs de sa vie intime, amoureuse, intellectuelle ou littéraire.

Gandhara

Richard Canal

Daniel Kissling, détective privé sans ambition, vit comme il peut de petits contrats jusqu'au jour où un riche collectionneur lui demande de retrouver une statue extrêmement rare qu'il vient d'acheter et qui n'est jamais arrivée à destination. Daniel, étonné par les moyens que le magnat met à sa disposition, se lance sur les traces du marchand d'art qui devait livrer la statue. De Nice à Londres, de Bangkok à Bali, jusqu'aux plus hauts sommets de l'Hindou-Kouch, les pistes se multiplient, plus étranges les unes que les autres. Pourquoi le marchand d'art laisse-t-il derrière lui des énigmes à son attention ? Pourquoi une Chinoise irrésistible s'attache-t-elle à lui au point de l'accompagner au cœur de l'enfer ?

Les livres "coup de cœur"

du café lecture

du  28 septembre 2018 

 

Notes

Boulet

Boulet, l'enquêteur des temps modernes, s'interroge sur le sens de la vie

Qui ne dit mot consent

Alma Brami

Emilie et Bernard vivent à la campagne avec leurs enfants. Afin de pallier l'ennui de son épouse, Bernard entreprend de lui trouver une amie. Sabine entre dans leur vie

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose

Diane Ducret

Après avoir été quittée à Gdansk, Enaid se rend à l'évidence : les fées n'ont pas été généreuses avec elle. Elle découvre que ses parents adoptifs sont en fait ses grands-parents, que sa mère est danseuse de nuit déchue de ses droits et que son père a changé de religion. En quête d'une résilience, elle décide de résister, comme les flamants roses qui trouvent toujours la force de se relever.

Cette lumière que je vois

Sofie Laguna

Le narrateur, Jimmy, est un autiste qui vit dans une famille d'ouvriers au début des années 1980. Il est élevé par sa mère, asthmatique, qui refuse de le placer dans une institution. Son père est alcoolique et son frère ne lui parle pas. Petit à petit, le jeune garçon perd tous les membres de sa famille et tente de surmonter le désespoir et la solitude.

Le vieil homme et son potager

Olivier Le Brun

C'était un bel été, comme c'est l'habitude dans l'Ouest canadien, au bord du lac Okanagan. J'entrepris de photographier mon père dans son quotidien. Nous étions en 1997, il avait 92 ans. Je me suis fait oublier afin de ne pas troubler la grâce et la force d'un homme qui vit dans la plus grande simplicité, choisit ses règles de vie, fait éclore des semences dans toutes les pièces de la maison, règne sur un peuple de légumes poussant joyeusement dans tous les sens, non pas dans un espace dessiné au cordeau mais dans une heureuse brousse, un homme à la détermination solide et tranquille, dont on ne détourne pas le chemin...

Le deuil de la mélancolie

Michel Onfray

J'ai subi un infarctus quand je n'avais pas encore trente ans, un AVC quelque temps plus tard, puis un deuxième en janvier 2018. Nietzsche a raison de dire que toute pensée est la confession d'un corps, son autobiographie. Que me dit le mien avec ce foudroiement qui porte avec lui un peu de ma mort ?
La disparition de ma compagne cinq ans en amont de ce récent creusement dans mon cerveau, qui emporte avec lui un quart de mon champ visuel, transforme mon corps en un lieu de deuil. " Faire son deuil " est une expression stupide, car c'est le deuil qui nous fait.